menu

24H du Mans

24H du Mans : La 20e victoire consécutive de Michelin en chiffres...

Michelin a remporté les 24 Heures du Mans pour la 20e fois d’affilée depuis 1998. Michelin s’est imposé pour la 3e fois consécutive avec Porsche, après avoir battu le record du tour le plus rapide au Mans avec Toyota.

24H du Mans

Porsche offre une 20e victoire d’affilée à Michelin au Mans

La Porsche 919 Hybrid N°2 de Timo Bernhard, Earl Bamber et Brendon Hartley a remporté la 85e édition des 24 Heures du Mans et offert une 20e victoire consécutive à Michelin sur cette course mythique. L’édition 2017 restera dans les annales pour l’hécatombe qu’il y eût parmi les prototypes hybrides LMP1. Deux prototypes LMP2 (Oreca N°38 et N°13) complètent le podium final. Michelin a signé le triplé en LMGTE Am et livré un superbe duel jusqu’au drapeau à damier en LM GTE Pro.

24H du Mans

La vie d’un pneu Michelin dans les Hunaudières

Les Hunaudières, la ligne droite la plus célèbre du monde des sports mécaniques. Sur ces 5,5 kilomètres de route nationale entre Le Mans et Tours – coupés par deux chicanes depuis 1990 -, les pneumatiques subissent des efforts latéraux et longitudinaux considérables.

La ligne droite des Hunaudières commence dès la sortie du Tertre Rouge, un virage à droite rapide négocié à 215 km/h par les prototypes LM P1 hybrides. Là, les pneumatiques Michelin subissent une force latérale de 3G, c’est-à-dire environ trois tonnes, ainsi qu’une déformation importante.

Sur le circuit des 24 Heures du Mans (13,629 km), les voitures atteignent leur vitesse maxi entre le Tertre Rouge et la Chicane Michelin : 330 km/h pour les meilleures LM P1 hybrides lors de la Journée Test. A cette vitesse-là, un pneu de LMP1 effectue 41 rotations par seconde.

Il subit également une déformation importante du fait de la force centrifuge : les flancs du pneu s’étirent, le diamètre extérieur du pneu augmente dans des proportions de 2% (environ 1 cm). En même temps, du fait de la charge aéro, le pneu s’écrase au sol. Ainsi, il n’est plus rond mais de forme ovoïde. Ce phénomène commence aux alentours de 250 km/h.

Après 2,1 km de ligne droite, les pilotes arrivent au freinage de la Chicane Michelin, qui constitue un enchaînement droite-gauche-droite. Au freinage, les pneus encaissent une décélération de 3G pour passer de 320 km/h à 110 km/h en 400 m environ. Ce n’est pas le freinage le plus violent de la saison, d’autant plus que désormais, les pilotes relâchent l’accélérateur un peu avant pour récupérer l’énergie et recharger les batteries. A Silverstone par exemple, certains freinages dépassent les 4G.

A l’entrée de cette Chicane Michelin, le pneu avant gauche subit une charge latérale de 6000 Newton (600 kg). Pour lui, ce n’est pas le point le plus critique du circuit qui se trouve à l’entrée d’Indianapolis où il encaisse 1200 kg de charge. A Spa, au célèbre Raidillon, on est dans des valeurs de 1400 kg.

Les efforts sont quasi similaires sur la seconde chicane et en fin de ligne droite, à l’amorce du freinage pour Mulsanne, les quatre pneus encaissent 1,5G de charge statique verticale, c’est-à-dire 50% de masse du véhicule en plus.

Michelin donne la possibilité à ses partenaires LMP1 d’effectuer cinq relais avec le même train de pneus, soit 65 tours et donc 65 passages dans la ligne droite des Hunaudières...

MOTOGP™

MotoGP : Rossi renoue avec la victoire à Assen

Valentino Rossi (Movistar Yamaha MotoGP) a remporté le Motul TT Assen, huitième épreuve du championnat du monde MotoGPTM sur le circuit d’Assen. L’Italien devance son compatriote, Danilo Petrucci (Octo Prama Racing) et Marc Marquez (Repsol Honda Team) sur la ligne d’arrivée.

MOTOGP™

MotoGP : direction la cathédrale d’Assen pour le Dutch GP

Au calendrier depuis 1949, Assen, aux Pays-Bas, est le seul circuit à n’avoir jamais quitté le calendrier du Championnat du monde MotoGPTM depuis sa création. Cette année, il accueille le Motul TT Assen, huitième épreuve de la saison.

FIA WEC

Toyota/Michelin en première ligne

Les Toyota TS050 Hybrid/Michelin N°7 et N°8 occuperont la première ligne sur la grille de départ des 24 Heures du Mans 2017. Le Japonais Kamui Kobayashi a signé la pole position et battu le record du tour le plus rapide au Mans en 3min14s791. Des records ont aussi été battus en LMP2 et LMGTE Am.

FIA Formula E

ePrix Berlin : Rosenqvist brille à Berlin

Le Suédois Felix Rosenqvist (Mahindra Racing) a franchi la ligne d’arrivée des deux ePrix de Berlin en vainqueur, mais n’a remporté qu’une course. La seconde a été finalement gagnée par le leader du championnat Sébastien Buemi (Renault e.dams).

Bien plus encore sur Michelin Motorsport.
A Découvrir...

Les chiffres clés de MICHELIN Compétition

Palmarès 2016

FIA Formula E

Courses & développement durable