menu

24H du Mans

24H du Mans : La 20e victoire consécutive de Michelin en chiffres...

Michelin a remporté les 24 Heures du Mans pour la 20e fois d’affilée depuis 1998. Michelin s’est imposé pour la 3e fois consécutive avec Porsche, après avoir battu le record du tour le plus rapide au Mans avec Toyota.

24H du Mans

Porsche offre une 20e victoire d’affilée à Michelin au Mans

La Porsche 919 Hybrid N°2 de Timo Bernhard, Earl Bamber et Brendon Hartley a remporté la 85e édition des 24 Heures du Mans et offert une 20e victoire consécutive à Michelin sur cette course mythique. L’édition 2017 restera dans les annales pour l’hécatombe qu’il y eût parmi les prototypes hybrides LMP1. Deux prototypes LMP2 (Oreca N°38 et N°13) complètent le podium final. Michelin a signé le triplé en LMGTE Am et livré un superbe duel jusqu’au drapeau à damier en LM GTE Pro.

24H du Mans

24H du Mans : L’endurance des pneus Michelin

Depuis l’an passé, le règlement technique des 24 Heures du Mans limite le nombre de pneumatiques slicks pour chaque véhicule. En LM P1 par exemple, chaque voiture dispose d’un maximum de 28 pneus pour les essais + warm-up et de 52 pour la course, soit 12 trains et 4 « jokers ». Il n’y a pas de restrictions pour les pneus intermédiaires et pluie.

Michelin n’a pas attendu cette réglementation pour proposer des pneumatiques capables de quadrupler voire quintupler les relais, c’est-à-dire parcourir quelque 700 km à plus de 220 km/h de moyenne. En 2011, l’Audi R18 TDi/Michelin n’a consommé que 9 trains de pneus (36 enveloppes) pour boucler 355 tours (4838 km) et couper la ligne d’arrivée en tête.

A son volant, Benoît Tréluyer avait alors réalisé un quintuple relais (750 km) avec les mêmes pneus. Il se souvient : « Mes Michelin étaient incroyablement constants et polyvalents. Je n’ai jamais ressenti la moindre baisse de performance au fil des kilomètres et je crois même avoir signé mes meilleurs chronos en fin de relais. »

La longévité des pneumatiques est l’une des clés du succès au Mans où chaque changement de pneu coûte environ 30 secondes supplémentaires au stand. En théorie, un quadruple relais permet donc d’économiser une minute et demie, soit près de 10 minutes sur l’ensemble de la course, l’équivalent de 2,5 tours.

MOTOGP™

Michelin, manufacturier officiel en MotoGP jusqu’en 2023

Michelin, a été reconduit par Dorna Sports, comme manufacturier officiel de la catégorie reine du Championnat du monde MotoGPTM pour cinq saisons supplémentaires de 2019 à 2023. L’extension du contrat a été annoncée aujourd’hui lors du MICHELIN® Australian Motorcycle Grand Prix en présence de Pascal Couasnon, directeur Michelin Motorsport et Carmelo Ezpeleta, CEO Dorna Sports.

FIA WRC

Sébastien Ogier et M-Sport WRT champions 2017 !

En partenariat avec Michelin, Sébastien Ogier/Julien Ingrassia et l’écurie britannique M-Sport ont décroché les titres mondiaux 2017 à l’issue du Wales Rally GB remporté par le Gallois Elfyn Evans.

MOTOGP™

MotoGP : Dovizioso s’impose en Malaisie

Andrea Dovizioso (Ducati Team) a enlevé sa sixième victoire de la saison en remportant le Shell Malaysia Motorcycle Grand Prix, 17ème et avant-dernière épreuve du Championnat du monde MotoGPTM. En terminant deuxième, Jorge Lorenzo (Ducati Team) offre à Ducati le premier doublé de la saison. Johann Zarco (Monster Yamaha Tech 3) complète le podium. Quatrième, Marc Marquez (Repsol Honda Team) va devoir patienter jusqu’à Valence pour espérer décrocher un quatrième titre mondial en MotoGP.

MOTOGP™

MotoGP : Marquez titré en Malaisie ?

Le championnat du monde MotoGPTM conclut sa tournée outre-mer ce week-end en Malaisie sur le circuit de Sepang avec le Shell Malaysia Motorcycle Grand Prix, 17ème et avant dernière épreuve de la saison. Avec 33 points d’avance sur son unique challenger dans la course au titre, Marc Marquez (Repsol Honda Team) pourrait coiffer une quatrième couronne mondiale en catégorie reine dès ce week-end.

Bien plus encore sur Michelin Motorsport.
A Découvrir...

Les chiffres clés de MICHELIN Compétition

Palmarès 2016

FIA Formula E

Courses & développement durable