menu

24H du Mans

Toyota triomphe avec Michelin au Mans.

La 20e tentative fut la bonne pour Toyota qui a enfin remporté les 24 Heures du Mans,  avec le double Champion du monde de F1, Fernando Alonso, et ses équipiers Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima (Toyota TS050 Hybrid N°8). Toyota Gazoo Racing a même signé un doublé avec Conway/Lopez/Kobayashi.  Michelin en délivrant des performances gagnantes, jusqu’à la ligne d’arrivée, signe sa 21ème victoire consécutive au Mans depuis 1998. En LM GTE Pro et Am, Porsche et Michelin ont dominé avec la N°92 (Christensen/Vanthoor/Estre) et la N°77 (Campbell/Ried/Andlauer).

24H du Mans

Les Toyota/Michelin solides leaders

Les Toyota TS050 Hybrid/Michelin ont passé sans encombre la nuit des 24 Heures du Mans et comptent 9 tours d’avance sur leurs concurrentes. La N°8 (Nakajima/Buemi/Alonso) a repris la tête au petit jour. Il n’y a eu aucun changement parmi les leaders LM P2 (Oreca 26), LM GTE Pro (Porsche/Michelin 92) et LM GTE Am (Porsche/Michelin 77) depuis hier soir.

24H du Mans

Michelin veut une 20e victoire d’affilée au Mans

Invaincu aux 24 Heures du Mans depuis 1998, Michelin vise cette année un 20e succès consécutif dans la Sarthe. Pour cette 85e édition, Michelin est présent dans toutes les catégories et équipe près de la moitié du plateau, dont les prototypes hybrides Porsche et Toyota.

Depuis 1923, les 24 Heures du Mans sont un défi pour les hommes, les voitures et les pneumatiques. C’est un sprint de 24 heures, une course impitoyable et d’une extrême complexité qui se déroule chaque au mois de juin devant plus de 250 000 spectateurs.

Pour avoir une chance de s’imposer aux 24 Heures du Mans, les pneumatiques doivent être à la fois performants pour dépasser 340 km/h en vitesse de pointe, endurants pour parcourir plus de 700 km à 220 km/h de moyenne, et constants pour offrir au pilote un rendement homogène au fil des kilomètres, tout en assurant une sécurité maximum aux pilotes.

« Le Mans », c’est une course non pas de 24 heures, mais de 365 jours », souligne Jérôme Mondain, Manager du programme Endurance chez Michelin Motorsport. « Dès l’arrivée des 24 Heures du Mans, les ingénieurs de Michelin Motorsport analysent les datas et réfléchissent aux modifications à apporter pour la prochaine édition. Les nouveaux pneus-prototypes sont testés à l’automne, validés en début d’année et choisis par les teams avant les premières courses de la saison suivante. »

Long de 13,629 km, d’un profil plat et très rapide, le Circuit des 24 Heures est aussi spécifique de par sa nature car il emprunte des routes nationales à plus de 80%. Le revêtement est donc inconstant et l’adhérence diffère entre les routes ouvertes à la circulation le reste de l’année et la portion fermée, une partie du Circuit Bugatti, qui a été re-surfacé cette année. D’autre part, il est impossible de rouler sur le grand circuit en dehors de la Journée Test et de la semaine des 24 Heures.

Sur une course aussi longue, disputée au mois de juin dans la Sarthe, les conditions météo évoluent forcément. Il faut donc beaucoup de réactivité et d’expérience pour anticiper les changements de température et les évolutions brutales de la météo (orages…). Pour parer à toutes les conditions, Michelin propose à ses partenaires trois types de pneus slicks, des pneus intermédiaires et pneus pluie.

Pour cette 85e édition, Michelin est présent dans les quatre catégories. En LM P1, Michelin équipe les équipes officielles Porsche Team et Toyota Gazoo Racing. Ce duel entre le double tenant du titre et le constructeur japonais qui rêve de gagner cette course mythique s’annonce exceptionnel.

Michelin est également partenaire de constructeurs officiellement représentés en catégorie LM GTE Pro - Corvette, Ferrari, Porsche et Ford – où les bagarres sont toujours très intenses. En LM P2, Michelin n’équipe que trois prototypes, mais ils auront à cœur de démontrer les performances des nouveaux pneumatiques Michelin. En LM GTE Am, Michelin garde la confiance des teams amateurs avec pas moins de dix véhicules équipés par le manufacturier français. Dans ces trois catégories, la concurrence est particulièrement rude entre pneumaticiens.

Le départ des 24 Heures du Mans 2017 sera donné samedi 17 juin à 15h00. Mais la semaine des 24 Heures débutera dimanche 11 juin avec le traditionnel Pesage en centre-ville. Il y aura ensuite les différentes séances d’essais mercredi et jeudi, puis la grande Parade des pilotes dans les rues du Mans vendredi après-midi, sans oublier les différentes courses de support comme Road to Le Mans où Michelin équipe la totalité du plateau LM P3 et GT3.

MOTOGP™

MotoGP™: Lorenzo (Ducati Team/Michelin) confirme en Catalogne

Jorge Lorenzo (Ducati Team) a remporté le Gran Premi Monster Energy de Catalunya, septième épreuve du Championnat du Monde MotoGPTM, sur le circuit de Barcelona-Catalunya. Le Majorquin s’impose pour la seconde fois consécutive avec Ducati, en devançant le leader du championnat Marc Marquez (Repsol Honda Team/Michelin) et Valentino Rossi (Movistar Yamaha MotoGP/Michelin).

MOTOGP™

MotoGP™ - Gran Premi Monster Energy de Catalunya - Racecard (FR)

Tout ce que vous devez savoir au sujet du Gran Premi Monster Energy de Catalunya.Cliquez sur la photo pour télécharger notre racecard.

FIA Formula E

Victoire de Di Grassi à Zurich

Le champion sortant Lucas di Grassi (Audi Sport Abt Schaeffler/Michelin) a remporté l’ePrix de Zurich, première course sur circuit organisée sur le territoire helvète depuis 1955. Jean-Eric Vergne n’a pris que la 10e place, mais il conserve les rênes du championnat avant les deux dernières manches à New York mi-juillet.

FIA WRC

Neuville bat Ogier pour 7/10e de seconde en Sardaigne

Le leader du championnat Thierry Neuville (Hyundai/Michelin) a remporté son duel face au quintuple Champion du monde Sébastien Ogier (Ford/Michelin) pour s’imposer avec 7/10e de seconde d’avance au Rallye d’Italie-Sardaigne. Esapekka Lappi (Toyota/Michelin) complète le podium.

Bien plus encore sur Michelin Motorsport.
A Découvrir...

Les chiffres clés de MICHELIN Compétition

Palmarès 2017

FIA Formula E

Courses & développement durable